Qu’est-ce que la mononucléose ?

La Mononucléose, abrégée « Mono »,  est une maladie virale qui touche tous les tranches d’âges. Les enfants, les jeunes adultes, les adultes et les personnes âgées peuvent être atteint par cette maladie. Elle est généralement bénigne et aussi une maladie infectieuse qui est causée par la transmission des micro-organismes responsables. Une maladie qui se transmet facilement, la Mononucléose infectieuse est provoquée par le virus Epstein-Barr, portant les noms de ses découvreursqui appartient à la même famille que le virus de l’Herpès. 90 % des adultes sont porteurs de ce virus à l’âge de 40 ans. Ce micro-organisme affecte tout le monde au cours de la vie qui provoque des ganglions lymphatiques. Dès que le corps humain est infecté par le virus Epstein-Barr, il apprend à combattre contre le virus jusqu’à la fin de la vie.

La mononucléose est une maladie bénigne qui disparait d’elle-même, c’est-à-dire, que la maladie ne nécessite pas de traitement médical spécifique dans le cas où la maladie ne se complique pas. Seulement la personne ayant la maladie doit impérativement faire du repos.

L’épidémiologie de la Mononucléose

La maladie infectieuse Mononucléose est plus ou moins fréquente chez les adultes qui ont  les stigmates biologiques d’une infection antérieure. Le cas est visible dans le monde entier dont le nombre de personnes atteintes par cette maladie diminue progressivement avec le temps dans les pays développés.

Ainsi, les enfants qui sont moins de cinq ans sont les principales victimes de la maladie infectieuse. Le nombre d’enfant ayant attrapé cette maladie a également diminué au fil du temps grâce à une hygiène améliorée et suivie de près.

Les jeunes enfants peuvent attraper la maladie qui peut également provoquer une infection des voies respiratoires qui ne sont pas graves. Les enfants ne présentent pas les symptômes normaux de la mononucléose infectieuse. Ainsi, la maladie passe comme inaperçue. A l’âge de 40 ans, presque tout le monde a été déjà infecté par la maladie.

On estime que la moitié des enfants de 5 ans l’ont déjà attrapé (sans avoir pour autant souffert de mononucléose). Environ 90 % des adultes de 40 ans seraient immunisés contre cette maladie.

La mononucléose infectieuse : La maladie du baiser

On appelle également la maladie mononucléose infectieuse la maladie du baiser car la majorité des cas, la maladie se transmet par la salive. Cependant, la maladie ne peut être causée seulement que par la salive, ainsi, certaines personnes ne savant plus la source de leur maladies. Diverses raisons peuvent être les sources de la mononucléose infectieuse. Les jeunes et les adultes sont les victimes de cette maladie à cause des baisers échangés avec les petits copains et copines, bref, entre les couples.

Dans le cas où la maladie se développe, l’apparition de la maladie est plus marquée que chez un enfant. La maladie peut également être inaperçue ou seulement à faible asthénie alors que les anticorps Epstein-Barr témoignent d’une contamination ancienne.

Le virus responsable de la mononucléose infectieuse a un lien étroit avec le lymphome de Burkitt, un cancer qui se rencontre fréquemment en Afrique centrale. Ce virus est également connu pour provoquer d’autres cancers.

Diagnostic de la maladie

Afin de ne pas se tromper de maladie ou faire de faux diagnostic, une consultation par le  médecin est très importante. Ainsi, divers test doivent être entamés pour être sûr que la personne est vraiment atteinte de la mononucléose infectieuse ou non.

Le médecin doit effectivement effectuer des tests au niveau du sang et aussi rechercher les anticorps contre les virus responsables  de la mononucléose infectieuse.

  • La mononucléose Infectieuse test : C’est un examen qui  consiste à détecter les personnes qui ont été récemment atteintes par la maladie. Le test est très efficace car il est réussi à 80% des cas d’une infection récente.

Dans certains cas, le test peut donner des résultats qui sont faux, c’est-à-dire qu’il indique des infections alors que cela n’ont pas eu lieu. Ainsi, le test doit être complété par d’autre test.

De ce fait, le médecin doit procéder aux tests suivants :

– rechercher les anticorps type Immunoglobuline Anti VCA dans le cas où la personne a une infection récente ou même encore porteur de l’infection.

Dès le début de la maladie, il y a une séroconversion ou apparition des anticorps spécifiques en réponse à un antigène, souvent accompagnée de lymphopénie ou une diminution du nombre de lymphocytes.

Après quelques semaines où la maladie infectieuse évolue, une « inversion de formule » est constatée sur l’hémogramme.

– recherche d’anticorps IGV Epstein-Barr -VCA et IgG EBN,  qui sont  les anticorps contre la maladie infectieuse si la personne a été atteinte par l’infection récemment et aussi si elle est déjà immunisée.

Si l’on trouve IgM et l’IgG dans le corps de la personne c’est que la maladie infectieuse est entrain de le ronger mais si l’on ne constate plus la présence de ces anticorps c’est que la personne est déjà immunisée.

Il faut faire ces tests supplémentaires pour savoir si la personne est vraiment atteinte par la mononucléose, surtout si les symptômes qui apparaissent ne sont pas nets et aussi pour surveiller si la maladie infectieuse revient et les virus responsable sont réactivés chez les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies.

  • Autres diagnostic

La mononucléose infectieuse peut évoluer et se transforme en infection virale comme le cytomégalovirus (ou CMV) qui est très souvent inaperçue. Les personnes qui ont les défenses immunitaires affaiblies sont les plus souvent atteintes par cette infection virale.

L’infection chez une femme enceinte peut provoquer une lésion chez les fœtus. La majorité des cas de l’infection fœtale congénitale sont constatés dans les pays industrialisés.

On ne peut effectuer le diagnostic différentiel entre les deux infections virales  que seulement à travers la sérologie. Ainsi, les sérums sont utilisés pour effectuer ces diagnostics médicaux afin de savoir si la mononucléose se révèle être secondaire à une autre infection virale ou non.

La mononucléose infectieuse s’avère être une maladie bénigne qui peut entrainer une convalescence. Cette convalescence peur durer quelques semaines allant jusqu’à quelques mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>